Dans les forêts de Siberie

couv10108125

Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson

(Folio – 290 pages)

 

Synopsis :

« Assez tôt, j’ai compris que je n’allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m’installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibérie.
J’ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal.
Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j’ai tâché d’être heureux.
Je crois y être parvenu.
Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suffisent à la vie.
Et si la liberté consistait à posséder le temps ?
Et si le bonheur revenait à disposer de solitude, d’espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures ?
Tant qu’il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu. »

Mon avis : 

J’ai lu ce livre dans le cadre du Cold Winter Challenge et du New Year Book Challenge. Pour ce dernier, il fallait lire style de livre dont nous n’étions pas habitués. Je lis très très peu de romans autobiographiques et de Nature Writing et j’ai donc décidé de me lancer.

Quel claque ce livre ! J’ai eu un véritable plaisir à le lire. J’ai été absorbé par la plume de Sylvain Tesson. Ce n’est que pur bonheur et poésie.

Je n’ai eu aucune difficulté à m’imaginer seule en Sibérie dans une cabane en bois au milieu de la forêt. Ces descriptions m’ont fait rêver et ont entrainé un dépaysement total.

Mais ce roman n’est pas qu’un bel hommage à la nature, c’est dans une véritable introspection dans lequel l’auteur va se plonger.

Ce roman interroge sur la place de l’homme auprès de la nature, mais également dans la société. Il questionne sur notre société, notre mode de vie, de consommation et sur nos politiques.

Depuis plusieurs années, je me pose beaucoup de questions sur notre société actuelle et les réactions de l’être humain sur la planète, la nature et les animaux. J’ai perdu foi en l’Homme et j’essaie de repenser ma vie pour qu’elle soit en adéquation avec mes convictions, même si tout changement est difficile. Ce roman n’a fait que renforcer mes pensées.

Ce livre a été pour moi une bouffée d’oxygène, je rêverais de partir, aussi, plusieurs mois dans une cahutte au fin fond de la forêt, de revenir au basique,  de me recentrer sur moi-même et de m’isoler de notre système. L’Homme a oublié la signification du mot VIVRE. A l’heure actuelle, la sur-consommation est un moyen de prouver que l’on a réussi dans notre vie… Et pourtant, peu de personnes peuvent dire qu’elles sont vraiment satisfaites de leur vie.

Dans ce roman, l’auteur revient au fondamental de l’existence. Il est seul dans sa cabane, avec son thé, sa vodka. Il perd la notion du temps, se recentre sur l’essentiel, ne pêche que ce dont il a besoin, prend soin de la nature, fait des rencontres. Il ne faudra pas plus que cela à l’homme pour être heureux. L’homme reprend sa place parmi la nature et non contre elle.

Je conseille ce livre pour vous offrir un moment de dépaysement et de calme grâce au journal de bord que tient Sylvain Tesson. Mais aussi, pour l’introspection qu’elle vous propose. Même s’il y a pu y avoir quelques longueurs, ce roman est un coup de coeur pour moi.

 

Coup de ❤ ❤ ❤

Publicités

Willow Hall

couv64511825

Willow Hall de Cécile Guillot et Mina M

(Editions du Chat Noir – 46 pages)

 

Synopsis : 

« Willow Hall… Les murs semblent me chuchoter des prières que je ne comprends pas… Les ombres s’allongent, chaque coin paraissant cacher quelque monstre à l’affut… Tout ici n’est que ténèbres et désespoir. La fillette dont je dois m’occuper reste plongée dans un silence indifférent. Elle est parfois entourée d’étranges papillons sortis de je ne sais où… créatures magnifiques mais qui m’arrachent à chaque fois un frisson involontaire ? »

Mon avis :

Je n’ai que très peu de romans graphiques dans ma bibliothèque et c’est bien dommage parce que généralement ils finissent en coups de coeur et je suis époustouflée par les illustrations. J’en ai acheté 4 en décembre de cette maison d’édition et je prends enfin le temps de me plonger dedans.

Ce fut le cas pour ce roman graphique dont les textes sont de Cécile Guillot et les illustrations de Mina M.

Je connaissais déjà quelques illustrations de livres faite par Mina M, notamment aux éditions du Chat Noir : celle de Tragic Circus par exemple m’avait séduite.

Pour que vous ayez une idée des illustrations qui figure dans ce roman graphique, regardez cette couverture ! Elle est sublime, le portrait de Lorena, cette petite fille étrange, est réalisé à la perfection. Et toutes les illustrations sont de cette qualité. Elles sont à la fois sombres et magiques. Certaines occupent la double page sans texte dessus. Le choix des couleurs, la finesse des illustrations et la réalisation des visages m’ont conquis. Ces images collent parfaitement avec le texte de Cécile Guillot.

Je suis déjà amoureuse de la plume de Cécile Guillot depuis longtemps et je retrouve ses romans avec plaisir. Son histoire est à la hauteur de ses autres romans. L’histoire est racontée sous la forme épistolaire. Nous avons les lettres qu’Emily envoie à son amoureux, mais nous n’avons pas les réponses de celui-ci. Parfois quelques articles de journaux s’y glissent pour faire part de faits passés à Willow Hall. Je me suis laissé transportée et envoutée par les textes de ce roman graphique.

Le seul reproche que je puisse faire, mais vraiment un minuscule reproche, est que j’aurais aimé que cela soit plus long. Je me suis vraiment prise à l’ambiance du roman que lorsque la fin est arrivée j’en voulais encore.

Je vous recommande ce magnifique ouvrage à la fois sombre, envoûtant et qui nous transporte dans un autre siècle. Laissez-vous bercer par les mots de Cécile Guillot et les illustrations de Mina M.

Coup de ❤ ❤ ❤

 

Retrouver mes chroniques sur les autres livres de Cécile Guillot :

Tragic Circus

–  Fille d’Hécate, tome 1 : La voie de la sorcière

Fille d’Hécate, tome 2 : Le parfum du Mal

Fille d’Hécate tome 3 : Le chant de la Lune

The Pink Tea Time Club 

Les tribulations du Gothique Amoureuse 

Contes des frères Grimm

couv8011050

Contes des Frères Grimm

(Editions Les vieux tiroirs – 125 pages)

 

Synopsis :

« Un ensemble des contes des frères Grimm: Le Chat Botté / Le valeureux Petit Tailleur / Le Lièvre et le Hérisson / Le petit Chaperon rouge / Le petite table, l’âne d’or et le bâton merveilleux (trois frères) / Blanche-Neige / Cendrillon / Petit Frère et petite Sœur / Petit Jean et petite Marguerite (Hansel et Gretel). Ces contes sont illustrés par Carl Offterdinger. »

Mon avis :

Je connais quelques contes des frères Grimm mais je ne me souviens pas de les avoir lus. Alors, lorsque j’ai vu ce livre d’occasion chez le bouquiniste, je n’ai pas hésité une seconde. Et puis, c’est une hardcover et les illustrations de Carl Offtendingen sont superbes.

Je ne vais pas vous parler de la totalité des contes qui ont été choisis pour ce livre, mais seulement de ceux qui ont retenu m’ont attention.

Commençons par Le lièvre et le Hérisson : la moral serait de ne pas se méfier des apparences et de ne pas se penser supérieur aux autres. Certes, ces contes ont été écrit il y a plusieurs siècles mais il reflète bien l’image de la femme à cette époque. Le hérisson demande à sa femme d’obéir sans poser de questions et la cantonne à ses activités ménagères : un peu vieux jeu à notre époque.

Je connais, comme la plupart, la Blanche-Neige de Disney ou de Once upon a time mais je ne connaissais pas la version des frères Grimm. Leur conte condamne la vanité, ici de la Belle-mère, mais aussi la naïveté, de Blanche-Neige par exemple. Cette version est différente par rapport au Disney. Blanche-Neige a failli y passer à trois reprises. Et la fin de la Belle-mère est un peu cruelle mais si Blanche-Neige a souffert étant jeune.

Autre conte que je connaissais davantage sous la forme du dessin-animé de Disney, c’est Cendrillon. Le conte des Frères Grimm est beaucoup plus sombre et avec des scènes avec assez durs. En effet, l’essai de la fameuse chaussure par les demi-soeurs de Cendrillon tourne à la boucherie : entre talon ou orteil coupé pour que leur pied rentre, ce n’est pas très Glamour. Et le final pour ces dernières n’est pas glorieux non plus.

J’ai eu beaucoup de plaisir à re-decouvrir Hansel et Gretel ( ou Jean et Marguerite dans ce livre). Je connaissais déjà cette version et c’est une histoire que j’aime beaucoup.

C’est un très joli livre rempli de magnifiques illustrations. J’aimerais en trouver un autre de ce genre afin de lire plus de contes des Frères Grimm. Je le conseille vivement si vous aimez les contes.

Bilan de Janvier 2018 et Bilan du Cold Winter Challenge

Bonjour, bonjour !

On se retrouve aujourd’hui, avec un peu de retard, pour le bilan du mois de janvier.

Je vous ferais également le bilan du Cold Winter Challenge qui s’est terminé le 31 janvier 2018.

Let’s Go 🙂

Bilan janvier 2018 :

J’ai lu les deux livres que j’avais mis dans ma PAL : il s’agit du tome 1 de la saga A la croisée des mondes de Philip Pullman et Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson. J’ai également lu Fini le sucre ! Au secours, qu’est-ce-que je mange ? de Quitterie Pasquesoone. Je pensais lire plus en janvier car j’avais 1 semaine et demi de vacances mais je n’ai pas vraiment eu le temps finalement de me poser.

Un petit mot pour le New Year Book Challenge, j’ai lu pour découvrir un genre que je ne suis pas habitué à lire Dans les forêt de Sibérie ( oui, il fait aussi partie de mon CWC 😉 )

 couv8123741 couv10108125 71UHNIk55pL

Au total : 3 livres => 836 pages lues

Pas de prévision pour février, ce sera au feeling (mise à part mon livre pour le New Year Bool Challenge qui sera Genesia d’Alexandre Malagoli)

 

Bilan du Cold Winter Challenge :

Menu La magie de Noel : La véritable histoire de Noel de Marko Leino => LU

Menu Flocons magiques : A la croisées des mondes, Tome 1, tome 2 et tome 3 de Philip Pullman. => TOME 1 LU

Menu Marcher dans la neige : L’appel de la forêt de Jack London et Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson => LUS

Je suis plutôt satisfaite du bilan, j’ai lu 4 des 6 livres prévus. J’ai fait de très belles découvertes livresques. Je renouvellerais l’expérience pour le prochain CWC

A la croisée des mondes, T1 : Les royaumes du Nord

couv8123741.jpg

A la croisée des mondes, T1 : Les Royaumes du Nord de Philip Pullman

( Folio Junior – 482 pages)

 

Synopsis : 

« Ce n’était pas une vie ordinaire pour une jeune fille de onze ans : Lyra vivait, en compagnie de son daemon Pantalaimon, parmi les Érudits de Jordan Collège, passant ses journées à courir dans les rues d’Oxford à la recherche éperdue d’aventures.

Mais sa vie bascule le jour où elle entend parler d’une extraordinaire particule. D’une taille microscopique, la Poussière que l’on trouve uniquement dans les vastes étendues glacées des Royaumes du Nord – est censée posséder le pouvoir de briser les frontières entre les mondes, un pouvoir qui suscite effroi et convoitises…

Jetée au coeur d’un terrible conflit, Lyra sera forcée d’accorder sa confiance aux gitans et à de terribles ours en armure. Et, lors de son périlleux voyage vers le Nord, elle devra découvrir pourquoi son propre destin semble étroitement lié à cette bataille sans merci où s’opposent des forces que nul ne l’avait préparée à affronter. »

Mon avis :

J’ai choisi de commencer cette saga pour le Cold Winter Challenge, cela fait pas mal de temps qu’il était dans ma PAL et c’était l’occasion de le sortir. Je ne l’avais pas encore lu car j’avais vu une partie du film qui s’inspire du livre et je n’avais pas accroché.

Je n’ai pas vraiment accroché à ce premier tome. Je trouve qu’il est très long à commencer et j’ai apprécié ma lecture lorsque je suis arrivée à la moitié du livre, après les 200 premières pages. Certes un premier tome dresse normalement le décor et donne les explications pour la suite, mais là, je n’ai pas vraiment compris pourquoi il a fallu autant de pages pour si peu d’informations. Il y a, pour ma part, beaucoup trop de descriptions qui ne sont pas forcément primordiales pour comprendre l’histoire.

Je n’ai pas vraiment rejoint les personnages dans leur quête dans le grand Nord. Aucun des personnages ne m’a touché. Je n’ai pas ressenti une quelconque affection pour eux. Au contraire, Lyra m’a insupporté du début jusqu’à la fin de ce roman. Elle est têtue, insolente , parfois irrespectueuse et capricieuse. J’aurais aimé en apprendre davantage sur Iorek, l’ours, qui, pour moi, était celui qui avait le plus de potentiel.

J’ai, quand même, trouvé des bons côtés à ce premier tome. En effet, une fois la moitié du livre lu, l’action commence et les éléments plus concerts se dessinent. Lorsque Lyra découvre ce qui se passe dans un bâtiment dans le Nord, nous apprenons ce que subissent les enfants. Elle va, donc, tout mettre en oeuvre pour les sortir de cette situation.

La deuxième partie du roman est plus rythmée et les actions succèdent rapidement. Cette partie m’a davantage plus puisque l’auteur nous donne les informations nécessaires pour comprendre les attitudes des adultes par rapport à la Poussière.

Je ressors donc mitiger de cette lecture mais je lirais le deuxième tome puisque j’ai envie d’en savoir plus sur la Poussière et sur la découverte de Lord Asriel. J’espère simplement que l’auteur ne va pas attendre la moitié du roman pour que l’histoire soit plus intéressante.