Le crime de l’orient-express

couv7215828

Le crime de l’orient-express d’Agatha Christie

( Le Livre de Poche – 405 pages)

 

Synopsis : 

« Alors qu’il rentre de mission et compte s’arrêter quelques jours à Istanbul, Hercule Poirot est rappelé d’urgence à Londres. On est en hiver et à cette époque de l’année, l’Orient Express roule habituellement quasiment à vide. Pourtant, sans l’aide du directeur de la compagnie, Hercule Poirot n’aurait pas trouvé de place à bord, comme si tous les voyageurs s’étaient donné rendez-vous dans ce train ! Dès la première nuit, un homme est assassiné. Le train est immobilisé par la neige qui empêche l’assassin de s’enfuir. Dans les wagons isolés du reste du monde, Hercule Poirot, au sommet de son art, mène l’enquête. Et ce ne sont pas les pistes qui manquent ! »

Mon avis : 

Je n’avais jamais lu d’Agatha Christie alors que mon père doit avoir pas mal de ses romans dans l’édition Le Masque ( Mais si vous savez ces livres tout jaune qu’on a tous déjà vu une fois 🙂 ).

La couverture du roman m’a tout de suite appelé lorsque je suis entrée dans la librairie et comme j’avais prévu de voir le film, je me suis dit qu’il était préférable que je lise le livre avant. Tout d’abord, parlons de cette couverture qui est l’affiche de film : je la trouve magnifique, j’adore les teintes utilisées et j’aime l’ambiance qui s’en dégage.

Concernant l’histoire, j’ai apprécié ma lecture et le style d’écriture d’Agatha Christie. Le texte est fluide et bien écrit. J’ai apprécié toutes la partie du livre sur les interrogatoires. Je me suis amusée à retenir les éléments qui me paraissait important et de chercher le meurtrier.

Hercule Poirot est un curieux personnage, je n’ai pas vraiment d’avis sur lui. Je ne peux pas dire qu’il m’a plu mais je ne peux pas dire qu’il m’a déplu. Je suis obligée de faire un parallèle avec un autre détective que j’apprécie : Sherlock Holmes. Pour moi, Sherlock a quelque chose de farfelu, d’énigmatique et de fascinant. Hercule Poirot est, pour moi, un peu plat, fade.

L’histoire se lit vite et il n’y a pas trop de longueur. J’ai été déçu par la fin : je l’ai trouvé un peu tiré par les cheveux. Cela m’a laissé un goût amer en fin de lecture, ce qui est dommage.

Je ne vais pas tarder à regarder le film étant donné que le livre est encore bien frais dans ma petite caboche. Je tenterais certainement de nouvelles lectures d’Agatha Christie afin de me faire une idée plus globale de ses romans.

Publicités

Bilan Mars 2018

Hello 🙂

Aujourd’hui c’est le moment de faire le bilan lecture du mois de Mars. Je recommence petit à petit à retrouver dans temps pour lire davantage, pour mon plus grand plaisir.

Let’s go !

 

Bilan mars 2018 :

J’ai lu 4 livres et 1 artbook ce mois-ci : Cosmographia de Mathieu Guibé et Nicolas Jamonneau, Objectif Zéro viande d’Olivia Toja, Zéro plastique, Zéro toxique d’Aline Gubri, Queen Besty tome 7 et tome 8 de MaryJanice Davidson. Les avis sont en préparation.

9782035949394-001-T.jpg couv61357538.jpg couv73330125 couv26371536.jpg couv5471610.jpg

Au total : 4 livres et un artbook => 880 pages lues

Semaine à lire : Vendredi 30 mars au Vendredi 6 avril 2018

Hello,

Je ne suis pas très présente en ce moment, c’est la faute à mon travail qui me prend un temps fou et me fatigue beaucoup. Vivement les vacances Vendredi soir ! D’ailleurs mes vacances tombent plutôt bien puisque c’est la Semaine à Lire organisée par Lili Bouquine. Pour plus d’information, je vous conseille de rejoindre le groupe Facebook créé pour le weekend à 1000 et la semaine à lire.

Comme j’ai un grand besoin de retourner dans mon cocon pendant ses vacances, j’ai décidé de me fixé un challenge de fou avec pleins de livre ( bon je sais pour certains, c’est pas si ouf que cela XD). Voici le programme de ma Semaine à Lire qui se déroulera du Vendredi 30 mars à 19h au Vendredi 6 avril 2018 19h.

 

( Photo à venir ! Si si je vous assure 😉 )

Queen Besty, tome 9 de MaryJanice Davidson  => LU
Eliza et ses monstres de Franscesca Zappia  => LU
Le crime de l’orient-express d’Agatha Christie  => LU
Cosmographia de Mathieu Guibé et Nicolas Jamonneau  => LU
Jamais deux sans toi de Janet Evanovich  => LU
Chroniques de Zombieland, tome 4 de Gena Showalter
L’accro du shopping, tome 8 de Sophie Kinsella  => LU
Les yeux d’Améthyste de Enamorte  => LU

Soit un total de 2618 pages.

 

Comme vous pouvez le voir j’ai décidé de lire un peu tout les genre : de la chick-lit, de la bit-lit, du zombie, de l’artbook, du policier… bref un peu de tout ! Et ca va me permettre d’avancer dans mes sagas en cours.

Et vous, combien de pages vous êtes vous fixés ? Quels sont les livres que vous lirez ?

 

Bon challenge

 

BILAN => J’ai lu 7 livres sur les 8 prévues, soit un total de 2114 pages sur 2618 pages prévues. Je suis plutôt satisfaite même si je n’ai pas atteint l’objectif. Cela fait bien longtemps que je n’avais pas lu autant en si peu de temps !

Bilan de février 2018

Hello,

Le mois de février est passé à une vitesse folle. J’ai été pas mal occupé et je ne l’ai pas vu passé !

Nous nous retrouvons aujourd’hui pour le bilan mensuel 🙂

 

Bilan de février 2018 :

J’ai commencé le mois avec un recueil de quelques contes des Frères Grimm. Puis, j’ai ensuite lu deux artbook de la maison d’Editions du Chat Noir : Willow Hall et Abyssia. J’ai terminé avec J’arrête de surconsommer.

Pour le New Year Book Challenge, je n’ai malheuresement pas lu le livre que j’avais prévu pour ce mois-ci, à savoir Genesia.

couv8011050 couv64511825couv952197 couv53263897.jpg

Au total : 4 livres => 422 pages lues

Dans les forêts de Siberie

couv10108125

Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson

(Folio – 290 pages)

 

Synopsis :

« Assez tôt, j’ai compris que je n’allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m’installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibérie.
J’ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal.
Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j’ai tâché d’être heureux.
Je crois y être parvenu.
Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suffisent à la vie.
Et si la liberté consistait à posséder le temps ?
Et si le bonheur revenait à disposer de solitude, d’espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures ?
Tant qu’il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu. »

Mon avis : 

J’ai lu ce livre dans le cadre du Cold Winter Challenge et du New Year Book Challenge. Pour ce dernier, il fallait lire style de livre dont nous n’étions pas habitués. Je lis très très peu de romans autobiographiques et de Nature Writing et j’ai donc décidé de me lancer.

Quel claque ce livre ! J’ai eu un véritable plaisir à le lire. J’ai été absorbé par la plume de Sylvain Tesson. Ce n’est que pur bonheur et poésie.

Je n’ai eu aucune difficulté à m’imaginer seule en Sibérie dans une cabane en bois au milieu de la forêt. Ces descriptions m’ont fait rêver et ont entrainé un dépaysement total.

Mais ce roman n’est pas qu’un bel hommage à la nature, c’est dans une véritable introspection dans lequel l’auteur va se plonger.

Ce roman interroge sur la place de l’homme auprès de la nature, mais également dans la société. Il questionne sur notre société, notre mode de vie, de consommation et sur nos politiques.

Depuis plusieurs années, je me pose beaucoup de questions sur notre société actuelle et les réactions de l’être humain sur la planète, la nature et les animaux. J’ai perdu foi en l’Homme et j’essaie de repenser ma vie pour qu’elle soit en adéquation avec mes convictions, même si tout changement est difficile. Ce roman n’a fait que renforcer mes pensées.

Ce livre a été pour moi une bouffée d’oxygène, je rêverais de partir, aussi, plusieurs mois dans une cahutte au fin fond de la forêt, de revenir au basique,  de me recentrer sur moi-même et de m’isoler de notre système. L’Homme a oublié la signification du mot VIVRE. A l’heure actuelle, la sur-consommation est un moyen de prouver que l’on a réussi dans notre vie… Et pourtant, peu de personnes peuvent dire qu’elles sont vraiment satisfaites de leur vie.

Dans ce roman, l’auteur revient au fondamental de l’existence. Il est seul dans sa cabane, avec son thé, sa vodka. Il perd la notion du temps, se recentre sur l’essentiel, ne pêche que ce dont il a besoin, prend soin de la nature, fait des rencontres. Il ne faudra pas plus que cela à l’homme pour être heureux. L’homme reprend sa place parmi la nature et non contre elle.

Je conseille ce livre pour vous offrir un moment de dépaysement et de calme grâce au journal de bord que tient Sylvain Tesson. Mais aussi, pour l’introspection qu’elle vous propose. Même s’il y a pu y avoir quelques longueurs, ce roman est un coup de coeur pour moi.

 

Coup de ❤ ❤ ❤