U4 : Stéphane

couv12859667.jpg

U4 : Stéphane de Vincent Villeminot

( Editions Syros/Nathan – 383 pages)

 

Synopsis :

« Cela fait 10 jours que le virus U4 accomplit ses ravages. Plus de 90% de la population mondiale est décimée. les seuls survivants sont des adolescents. L’électricité et l’eau potable commencent à manquer, tous les réseaux de communication s’éteignent. Dans ce monde dévasté, Koridwen, Yannis, Jules et Stéphane se rendent, sans se connaître, à un même rendez-vous. Parviendront-ils à survivre, et pourront-ils changer le cours des choses ?

Stéphane est la fille d’un célèbre épidémiologiste lyonnais. Convaincue qu’il a survécu à l’épidémie, elle ne veut pas rejoindre le groupe d’adolescents qui s’organisent pour survivre. Si son père ne revient pas ou si les pillards qui contrôlent le quartier arrivent avant lui, son dernier espoir résidera dans un rendez-vous fixé à Paris. »

Mon avis :

J’avais lu l’un des quatre livres de cette saga qui s’intitule U4 : Jules il y a un peu plus d’un an. J’avais oublié quelques éléments de l’histoire mais ils me sont revenus en mémoire à la lecture de ce livre.

En effet, les 4 livres de la saga U4 se passent au même moment mais du point de vue d’une autre personne. Ici nous suivions Stéphane ( que mon cerveau a appelé Stéphanie tout le long…) qui est une jeune adolescente qui vit à Lyon.

Tout comme le personnage de Jules, je n’ai pas vraiment adhéré à Stéphane. Elle m’a irritée la majeure partie de l’histoire par son attitude et ses choix. Et je n’ai pas vraiment aimé son petit côté « je tombe amoureux de chaque mec qui va passer plus de trois secondes et demi à mes côtés » … Bon j’exagère mais c’est un peu cela quand même.

Stéphane étant la fille d’un épistémologiste, nous y découvrons tous le côté médical du virus et j’ai trouvé cela très intéressant. Je me questionne toujours sur le vrai rôle des adultes et de l’armé dans cette affaire de virus. Peut-être aurait-je mes réponses dans les deux derniers livres.

Yannis est un personnage qui m’a beaucoup plu dans ce roman et j’ai très envie de savoir ce qu’il y aura dans le livre le concernant. Après avoir lu le livre sur Jules, dans lequel on découvre un peu Koridwen, j’avais envie d’en savoir un peu plus sur elle. Nous la croisons également dans ce livre et je veux vraiment lire le roman la concernant pour enfin pouvoir la cerner.

Je ne connaissais pas le style d’écriture de Vincent Villeminot et je l’ai beaucoup apprécié dans U4. Il n’y a pas de temps morts, c’est très facile à lire et à se plonger dans l’univers post-apocalyptique décrit par l’auteur.

Dans sa globalité, c’est un roman sympathique avec lequel j’ai passé un bon moment.

Mon avis sur U4 : Jules de Carole Trébor

Publicités

Les errants, tome 1 : Origines

couv38416726

Les errants, tome 1 : Les origines de Denis Labbé

(Editions de Chat Noir – 286 pages)

 

Synopsis :

« Que faire quand on est une adolescente et que le monde s’écroule autour de soi ?
C’est la question qui se pose à Marion, seize ans, que rien ne préparait à une telle catastrophe. Lors d’un voyage scolaire au camp de travail du Struthof, certains de ses camarades et de ses professeurs sont frappés par un mal étrange.
Alors que l’épidémie se répand, elle essaie d’y échapper, en compagnie d’un groupe d’amis rescapés. Mais sans l’aide d’adultes, la tâche va s’avérer délicate et la vie en communauté pas si aisée que cela. »

Mon avis :

Cette saga me faisait de l’oeil depuis quelque temps. J’ai profité des promos sur le site des Editions du Chat Noir pour m’acheter la trilogie.

Si j’ai trouvé les premiers moments un peu lourds avec les détails historiques de leur visite, je n’ai pas regretté la poursuite de ma lecture.

Denis Labbé sait parfaitement où il souhaite emmener le lecteur. L’histoire se développe à chaque chapitre avec son lot de nouvelles informations.

C’est très intéressant de partir dès le départ du patient zéro, du tout début de la contamination. Très souvent dans les livres, films ou série de zombies, nous ne connaissons que tardivement la raison du développement du virus. Dans ce premier tome, nous suivons pas à pas la propagation du virus dans la région.

J’ai apprécié de pouvoir suivre la survie de ces gens adolescents qui, je trouve, se débrouille à merveille et ont des raisonnements plus censés que les adultes présents dans ce roman.

Le personnage de Louis est l’un de mes coups de coeur de ce livre : c’est le plus posé et le plus réfléchi du groupe. Il a un côté protecteur avec certains et peut prendre une place de leader quand le groupe en a le plus besoin.

Je suis plus partagé au sujet de Marion. Dans la plupart du roman, elle sait prendre les bonnes décisions et créer une bonne entente dans le groupe. Mais ces petits côtés « je m’en prend à tout le monde parce que je suis traumatisé » m’ont un peu dérangé. Elle oublie parfois que ses amis vivent la même chose qu’elle et qu’elle n’est pas l’unique victime.

L’auteur a su doser son roman entre les descriptions et les dialogues entre les jeunes. J’ai trouvé son écriture assez addictive et très agréable à lire. Je vais bien évidemment lire les deux autres romans de cette trilogie. J’ai également vu que l’auteur avec écrits d’autres romans chez d’autres éditeurs qui sont en lien avec ce qui se passe dans ce premier tome. Je vais, donc, essayer de me les procurer.

Eliza et ses monstres

couv60362194.jpg

Eliza et ses Monstres de Francesca Zappia

( Robert Laffont, Collection R – 398 pages)

 

Synopsis : 

« Dans la vie de tous les jours, Eliza Mirk est une fille timide, intelligente, un peu étrange et… qui n’a pas d’amis.
Dans sa vie en ligne, Eliza est LadyConstellation, créatrice anonyme de La Mer infernale, un webcomic extrêmement populaire.
Avec des millions de followers et de fans à travers le monde, son alter ego est une véritable star.
Mais Eliza ne peut s’imaginer aimer le monde réel plus qu’elle n’aime sa communauté numérique.
Puis, un jour, Wallace Warland arrive dans son lycée et Eliza va vite se demander si la vie ne mérite pas d’être vécue hors ligne… »

Mon avis :

Je peux le dire dès maintenant, ce livre va être, pour moi, le gros coup de coeur de 2018.

Je n’avais encore jamais lu un livre de cette auteure donc je n’avais aucune attente particulière.

J’ai dévoré ce livre en une journée. Francesca Zappia a un style très addictif, impossible de lâcher ce livre avant de l’avoir terminé. J’étais partagé à la fois par l’envie de lire sans m’arrêter jusqu’à l’avoir terminé et par la crainte de sortir trop vite de cette magnifique histoire.

Je me suis attachée à Eliza et à Wallace. Eliza a des angoisses que beaucoup de personnes  peuvent ressentir lorsqu’ils sortent de leurs bulles pour affronter la réalité. Wallace est un personnage qui m’a beaucoup touché de part sa fragilité et son attachement à Eliza.

J’ai aimé parcourir l’univers d’Eliza, sa fanbase, ses questionnements sur sa passion, sur la place que cela prend dans sa vie et ses interrogations sur la vie en général. Je pense que je suis passé par toutes les émotions possibles avec ce livre, j’ai ri, j’ai été touchée, émue, j’ai ressenti de la colère, de la compassion.

Bref, je ne vais pas spoiler ou en dire plus, je voudrais simplement que vous le lisiez et que vous me donniez votre ressenti. Pour ma part, je vais très rapidement acquérir le 1er livre de Francesca Zappia  » Je t’ai rêvé » pour continuer à découvrir ses histoires et sa plume qui m’a rendu accro.

 

Coup de ❤ ❤ ❤

Cosmographia

couv5471610

Cosmographia de Mathieu Guibé et Nicolas Jamonneau

( Editions du Chat Noir – 48 pages)

 

Synopsis :

« Les constellations ne sont pas les seuls messages que le ciel nous adresse. Les étoiles et leurs cycles, dans leur improbable répartition, nous racontent une histoire dont nous sommes les propres acteurs. Nous ne savons pas qui est de l’autre côté de la plume, nous ne pouvons que supposer. Mais si l’univers est en permanente expansion, c’est parce que le récit continue. Mon frère et moi sommes les seuls à pouvoir déchiffrer les secrets célestes. Nous sommes Cosmographes, nous sommes lecteurs d’étoiles. »

Mon avis :

Je connais peu la plume de Mathieu Guibé. J’ai lu de cet auteur uniquement le livre qu’il a écrit avec Cécile Guillot, mais je vais me rattraper : j’ai profité des soldes sur le site internet des Editions du Chat Noir pour acheter les deux premiers tome de sa sage Elvira Time :). Concernant Nicolas Jamonneau, j’avais découvert son travail avec la magnifique illustration du livre La dernière fée de Bourbon. Je vous invite à vous rendre sur son site pour découvrir son talent.

Je vais commencer par vous donner mon avis sur les illustrations qui se trouvent dans cet Artbook. Elles sont tout simplement sublimes. Je les ai trouvées très travaillées, parfaites, remplis d’émotion et d’une finesse remarquable. Mes coups de coeur se sont portées sur celles qui se coloraient de rose et de violet : j’en suis tombée amoureuse. Chaque illustration s’accorde à la perfection avec les textes de Mathieu Guibé.

Puis, j’ai trouvé l’écriture de Mathieu Guibé très poétique. Il sait manié les mots : son histoire est à la fois romantique et sombre. Je me suis laissé emmener dans son histoire, j’ai ressenti beaucoup d’émotion.

Mon seul regret est que cet Artbook est trop court à mon goût. J’aurais aimé en apprendre davantage sur Ankaa et Gienah. Et j’aurais adoré que la relation d’Eclipse et Ankaa soit davantage développé. Je n’avais pas envie de quitter si vite cet univers.

Je vous recommande cet Artbook aussi bien pour l’histoire et les illustrations qui l’accompagne. Encore un livre réussi par les Editions du Chat Noir.

GLITCH, tome 1

couv60687710.jpg

Glitch, tome 1 d’Heather Anastasiu

(Robert Laffont, collection R – 366 pages)

 

Synopsis: 

L’amour est une arme.
Zoe vit dans un monde où les mots douleur et guerre n’existent plus. Comme à l’ensemble des membres de la Communauté, on lui a implanté une puce qui la protège de toutes les émotions qui ont mené l’Ancien Monde à sa perte. Jusqu’à ce que cette puce se mette à… glitcher.
La jeune fille est bientôt submergée par d’étranges pensées et sentiments : les siens. Rien de plus dangereux dans une société où le moindre dysfonctionnement est passible de mort ! Mais Zoe possède un autre secret qu’elle doit cacher à tout prix : ses glitches ont fait naître en elle un incontrôlable pouvoir de télékinésie.
Tandis qu’elle lutte pour apprivoiser ce don dévastateur, Zoe rencontre d’autres glitcheurs. Ensemble, ils vont planifier leur fuite. Mais plus Zoe s’éveille à la beauté, à la joie, et surtout à l’amour, plus elle aura à perdre en cas d’échec…

Mon avis :

Cette histoire est une dystopie que j’ai adorée. J’apprécie de manière générale ce genre de lecture même si elles peuvent être répétitives et parfois un peu ennuyantes, ce qui n’est pas le cas ici.

J’ai adoré l’histoire et l’univers créé par Heather Anastasiu. Zoe évolue sous-terre dans une structure totalement aseptisée et neutre, suite à la destruction de la Terre à la surface. Afin que la population ne reproduise pas les mêmes erreurs que leurs ancêtres, on leur implante une puce qui va les privés de tout sentiment et émotion. Seulement certaines personnes comme Zoe présente des défaillances de leur puce et donc prennent conscience de ce qui les entoure et découvrent de nouveaux sentiments et de nouvelles sensations.

Les 150 premières pages posent la cadre et nous faisons connaissance avec Zoe et Adrien. J’ai beaucoup aimé la relation qui les lie. Concernant Zoe, je l’ai bien aimé dans certains moments et détesté dans d’autres. J’espère la découvrir davantage dans les deux prochains tomes. Je l’ai trouvé touchante lorsqu’elle découvre les sentiments qu’elle ressent tels que l’amour, la tristesse, la peur. Et au contraire, elle m’a agacé dans la deuxième partie du livre, elle n’est pas assez battante et ne prend pas assez de décision par elle-même.

Mon coup de coeur va à Adrien du début jusqu’à la fin du livre. Il m’énormément touché lorsqu’il livre son passé. J’ai aimé la vision du monde qu’il souhaite pour le futur, son attachement aux personnes qui l’entourent, la façon dont il prend soin des autres. Bref, ce petit gars est un petit soleil dans l’univers froid et coupé de tout sentiment.

La deuxième partie du livre va nous apporter quelques réponses que les positionnements des personnes qui sont censées gouverner ce monde souterrain. Je regrette, cependant, qu’il n’y ait pas eu davantage d’actions dans cette seconde partie.

Le style d’Heather Anastasiu est fluide, je n’y ai pas trouvé de lourdeurs, ni de moments inutiles. Ce livre était agréable à lire et je dois le dire assez addictif.

J’ai hâte de découvrir le tome suivant et poursuivre l’aventure dans cet univers.