Bilan Juin 2017 et prévisions juillet 2017

Hello 🙂

C’est le jour du bilan mensuel. Il est pas mal même si je m’attendais à mieux avec 2 semaines de vacances mais je suis tombé sur un livre qui m’a un peu déçu et je n’ai pas eu le courage de le finir pour le moment. Du coup, je n’ai rien relu depuis que j’ai commencé ce livre Les coeurs brisés, tome 1 d’Amelia Kahaney.

Bilan juin 2017 : 

J’ai lu 2 des 3 livres prévus dans ma PAL : L’histoire de la Bête de Serena Valentino et The Pink Tea Time Club de Cécile Guillot. Vous l’aurez compris le 3ème que j’avais prévu était Les coeurs brisés, T1 d’Amelie Kahaney, j’ai lu seulement 115 pages et mis en stand by. J’ai également lu Fablehaven, T3 : Le fléau de l’Ombre de Brandon Mull que j’ai adoré.

 

couv60135197      couv13498122couv46377101

Au total : 3 livres lus => 824 pages lues

 

Prévisions Juillet 2017 :

Fablehaven, T4 : Le temps des dragons de Brandon Mull

Les larmes d’Artamon, T3 : Les enfants de la porte du Serpent de Sarah Ash

La dernière fée de Bourbon d’Ophélie Bruneau

 

Bonnes lectures

Fablehaven, tome 3 : Le fléau de l’Ombre

couv46377101

Fablehaven, tome 3 : Le fléau de l’Ombre de Brandon Mull

(PKJ – 512 pages)

 

Synopsis : 

« Un nouveau péril menace le sanctuaire secret de Fablehaven, le refuge des créatures fantastiques dont les grands-parents de Kendra et Seth sont les gardiens. Un terrible fléau se répand à travers le domaine, transformant les habitants en êtres maléfiques.
Mais qui est à l’origine de ce mal ?
Et qui pourrait sauver la réserve ?
Seth et Kendra doivent agir vite avant que le Fléau de l’Ombre n’ait définitivement plongé le sanctuaire dans le chaos. Mais des traîtres au service de la Société de l’Etoile du Soir sont parmi eux… »

Mon avis :

Je me suis plongée dans ce troisième tome avec grand plaisir, gardant un très bon souvenir du tome précédent.

Dans ce livre, nous allons suivre Kendra qui part à la rencontre des Chevaliers de l’Aube. Elle va ensuite partir à la recherche du 2ème artéfact à la Mesa. De son côté, Seth est resté à Fablehaven et il va tenter de percer le nouveau fléau qui plane sur la réserve.

Il y a une multitude d’action et de nombreuses batailles dans ce tome. Nos jeunes héros, accompagnés de leurs grands-parents et de leurs amis n’ont pas le temps de s’ennuyer et nous non plus.

La grande question dans ce tome et qui s’est posée dès la fin du tome 2 c’est la confiance qui peut être accordés au Sphinx. Il est censé être le grand protecteur des réserves mais de nombreux éléments font penser à nos héros qu’il pourrait être un traitre qui veut simplement réveiller le plus grand démon et donc mettre la main sur tous les artéfacts. Alors le Sphinx, ami ou ennemi ?

Le fléau qui tombe sur Fablehaven fait perdre aux animaux fantastiques leur lumière. Ils deviennent donc des êtres de l’Ombre. Ce tome nous conduit vers le côté sombre de la réserve entrainant la mort de certaines personnes ou animaux.

Kendra et Seth vont comprendre que pour sauver Fablehavent et plus largement toutes les réserves, il y a des sacrifices à faire même si cela est douloureux.

De nouveaux personnages font leur apparition dont Gavin qui est un personnage qui m’intrigue et j’aimerais en apprendre davantage sur lui dans le prochain tome.

L’histoire gagne en intensité à chaque nouveau roman. Ce tome 3 est un coup de coeur pour moi. Je vous conseille vivement de lire cette saga.

 

Note : 19/20

 

Mon avis sur Fablehavan, tome 1 : Le sanctuaire secret de Brandon Mull

Mon avis sur Fablehaven, tome 2 : La menace de l’étoile du soir de Bradon Mull

The Pink Tea Time Club

couv13498122

The Pink Tea Time Club de Cécile Guillot

(Editions du Chat Noir – 120 pages)

 

Synopsis :

« Lottie est une jeune Londonienne bien sous tous rapports, même si elle préfère s’informer des dernières modes plutôt que d’apprendre les convenances d’une future femme à marier.
Cependant, lorsque des engeances monstrueuses sorties tout droit d’une dimension parallèle s’attaquent à elle au cours d’une promenade, la lady saute sur l’occasion de chambouler son quotidien.
Mise au parfum par Mr Rabbit, un jeune horloger garant de la fermeture de ces portails, Lottie décide de partir à l’aventure. Dans son empressement passionné, elle embrigade sa sœur et sa meilleure amie avec lesquelles elle forme désormais le Pink Tea Time Club. Un groupe de lecture, en apparences, où l’on parle monstres, créatures fantastiques, royaumes féériques et autres mondes. Pour la soif de découverte, pour sauver Londres mais surtout, pour passer le temps.
En toute bienséance, cela va de soi… »

Mon avis : 

Cécile Guillot a de nouveau réussi à me transporter dans son univers. Ce livre est à la fois girly avec une pointe de fantastique et de fantasy.

Lottie et la petite bande du Pink Tea Time Club vont nous entraîner dans leur aventure afin de sauver le monde de la menace d’un mage noir. Il vont se rendre en Terres Oniriques, sur l’Ile de Pan dans un premier temps.

Dans ce livre, l’auteur fait référence à divers personnages ou oeuvres que nous connaissons tels que Oscar Wilde, Dorian Gray, Jack L’éventreur. Elle se sert de ce que l’on connaît pour l’intégrer à des faits fantastiques. Par exemple, Mr Rabbit, l’horloger nous fait penser au lapin blanc d’Alice et il va combattre Jack l’éventreur qui serait en fait un mage noir.

Lottie accompagné de sa soeur, son amie et Mr Rabbit vont se rendre dans les Hautes-Terres qui est le repères de toutes les affreuses créatures pour combattre le mage noir et empêcher la fin de notre civilisation.

La magie, l’imagination ont une grande place dans ce livre. Une phrase m’a particulièrement marqué dans ce roman : « Avec le progrès de la science et la révolution industrielle, vos croyances ont périclité, le merveilleux n’est plus qu’une affaire d’enfants ou de femme, des fadaises qu’on réserve aux simples d’esprit ». C’est malheureusement bien vrai. A notre époque, parler de magie ou de fantasy lorsque l’on est adulte n’est pas évident. Essayer avec vos collégues ou avec votre famille, ils vont simplement vous prendre pour une grande enfant, un peu comme Peter Pan qui ne veut pas grandir.  A une époque, on croyait au fées, aux sorcières et autres créatures de fantasy puis le monde a évolué et toutes ses croyances ont disparu. Je trouve qu’il est important de conserver une part de magie même lorsque l’on est adulte.

Un petit mot sur la couverture du livre qui a été réalisé par Anna Marine. Elle est tout simplement sublime. Lottie y est parfaitement représentée avec Rosie, le petit poulpe rose dessus :). Cette illustratrice a également fait les couvertures de la trilogie Fille d’Hécate de Cécile Guillot. Ce sera ma prochaine lecture concernant cet auteur.

Je vous conseille ce roman qui permet à notre esprit de vagabonder au fil de l’histoire racontée par Cécile Guillot et de laisser libre cours à notre imagination. C’est un livre très frais, girly et fantasy. Les romans de Cécile Guillot sont décidément un vrai bonheur pour moi.

 

Note : 16/20

 

Mon avis sur Les Tribulations d’une gothique amoureuse de Cécile Guillot

Mon avis sur avis sur Tragic Circus de Cécile Guillot et Mathieu Guibé

 

 

 

L’histoire de la Bête

couv60135197

L’histoire de la bête de Serena Valentino

( Hachette – 192 pages)

 

Synopsis :

« C’est une histoire vieille comme le monde : celle d’un prince cruel transformé en Bête. Et celle d’une belle jeune fille qui surgit dans sa vie. Le monstre est métamorphosé par la compassion de la jeune fille et l’amour qu’il ressent pour elle. Puis ils se marient et ont beaucoup d’enfants.

Mais comme pour chaque histoire, il y a plusieurs versions. Qu’importe ce que l’on a pu dire ou écrire, une seule question demeure : qu’est-ce qui a changé le prince en la Bête que l’on connaît ?

Voici l’une de ces histoires. Une histoire de bêtes, et, bien sûr, de belles. »

Mon avis :

Serena Valentino s’est lancé dans une série de livres sur les méchants de Disney. Elle revient sur leur vie avant les dessins animés que l’on connait. J’avais eu un coup de coeur pour le premier qu’elle avait écrit sur la Méchante Reine de Blanche-Neige.

Ce roman sur la bête débute sur l’arrivée de Belle au château et son refus de venir dîner avec la Bête puisque c’est « un monstre ». Ce mot ravive les souvenirs de la Bête et nous voilà plongé dans le passé de ce prince avant la malédiction.

Le prince est un personnage détestable qui mérite clairement sa malédiction. Il est odieux, superficiel et sans grand intérêt. Contrairement à La méchante Reine pour qui j’avais eu de la compassion et mieux compris son comportement avec Blanche-Neige, je n’ai rien ressenti de telle pour le prince. Rien n’excuse son comportement.

Il base sa vie sur l’apparence et la superficialité. Il veut une belle femme, qui ne parle pas, ne donne pas son avis et surtout qui vient d’une famille riche.

Il était amoureux de Circé mais il a fini pas découvert qu’elle n’était pas issue d’une riche famille. Son comportement face à elle est tout simplement ignoble, il ressent du dégout pour la femme qui aimait encore 5 minutes avant. Elle se venge et lui lance la malédiction que nous connaissons.

Le roman se poursuit sur l’installation de la malédiction. Les derniers chapitres se passent de nouveau dans le présent avec l’arrivée de Gaston au château de la Bête et nous redécouvrons la fin que nous connaissons.

Le fil conducteur des deux premiers livres de Serena Valentino sur les Méchants est la présence des 3 soeurs sorcières que nous avions déjà rencontré dans le livre sur la Méchante Reine. Elles sont responsables de ce qui arrivent aux méchants de l’univers Disney. Elle joue un rôle dans la malédiction de la Bête.

Ce livre sur la Bête est intéressant et nous permet de découvrir le vrai côté du Prince avant sa rencontre avec Belle. Le style de Serena Valentino est toujours aussi agréable à lire et le roman se lit très rapidement. C’est quasiment un coup de coeur mais je ne mettrais pas la note maximale à cause du Prince qui est le personnage le plus détestable au monde !

 

Note : 19/20

 

Mon avis sur Miroir, Miroir de Serena Valentino

Chronique de Zombieland, T2 : Alice et le miroir de maléfices

couv27867275

Chronique de Zombieland, T2 : Alice et le miroir des maléfices de Gena Showalter

(Mosaïc – 440 pages)

Synopsis : 

« Quel mal ronge donc Alice ? Depuis quelque temps, elle entend deux cœurs battre à l’intérieur d’elle, comme si une autre Alice se développait en elle. Pourtant, aucun de ses amis ne semble voir le changement. Ni entendre la voix qui chuchote à ses oreilles quand elle croise son reflet dans le miroir. Mais, un soir, le doute n’est plus permis : horrifiée, Alice ne se reconnaît plus dans la glace: un double maléfique vient de naître, doué d’une vie propre et prêt à faire voler le miroir en éclats pour prendre le contrôle… »

Mon avis :

J’ai eu du mal à mettre en place mes idées pour vous donner mon avis. J’ai beaucoup apprécié ma lecture mais il y a aussi des choses qui m’ont déplu voire agacé.

Commençons par le négatif. Très sincèrement, j’en ai marre de l’histoire entre Alice et Cole. C’est du « je t’aime, je te quitte mais je t’aime » alors on se quitte et on se remet ensemble tous au long du livre. C’est clairement lourd, ça dure pendant des kilomètres de pages. J’avais vraiment envie de sauter les pages pour passer à autre chose.

Et le pire, c’est que, se rajoute à leur amour compliqué, un autre gars Gavin avec qui Alice risque de fricoter d’après les visions qu’elle a eues avec Gavin :  » ouhhhh la vilaine ». Déjà avec Cole c’est compliqué, alors te complique pas la tâche ma grande !

Hormis, leur histoire d’amour agaçante, l’histoire avec les zombies continue à monter en puissance. Ils sont davantage présents dans ce deuxième tome et c’est un plaisir pour moi. Les Anti-rads aussi sont de retour pour le plus grand malheur de notre bande de jeunes.

L’histoire se complique pour Alice qui voit naître en elle un double maléfique. Et oui, elle développe en elle un côté zombie malgré le fait qu’elle soit humaine. Etrange ?!? mais je vous laisse le découvrir par vous-même.

La partie que j’ai le plus appréciée dans ce deuxième tome, c’est lorsqu’Alice, Reeve et Kat sont dans le repaire des Anti-rads. Je me suis un peu réconcilié avec Alice qui a montré un côté de sa personnalité que j’ai apprécié : son sens du sacrifice pour ses amies.

Ce tome reste un bon tome malgré la présence trop marquée, pour moi, de la romance Alice/Cole. Et je vais, donc, lire le tome 3 prochainement.

Note : 16/20

– Mon avis sur Chronique de zombieland, T1 : Alice au pays des zombies