Toutes des Pénélopes

Image

Toutes de Pénélopes de Lisa Klimt

(Fleuve noir – 228 pages)

 

 

Synopsis:

« Certaines histories se répètent à travers les siècles et, Stéphanie en est convaincue, elle est elle-même victime de la « malédiction de Pénélope ». Elle a beau être une jeune femme bien de son temps avec un job dans une grande maison d’édition, une thèse à terminer et des amies adorables, un fil mystérieux la relie à une ère plus lointaine où une épouse modèle attendit patiemment le retour de son héros. Car oui, comme bien d’autres amoureuses, Stéphanie passe son temps à attendre son cher et tendre. Et depuis la reine mythique, seuls les accessoires ont changé. Scotchée à son téléphone jour et nuit, passant et repassant les épisodes de séries cultes comme Pénélope aurait fait et défait sa tapisserie, Stéphanie revit la tragédie de la femme soumise avec pour seule compagnie son insupportable petit chien baptisé Télémaque. Mais qui sait, peut-être que les dernières incartades de Mr Big et de Bobby Ewing, ou les sages conseils de Laura Ingalls, sauront aider notre Pénélope moderne à briser cette terrible malédiction ? »
 
 
Mon avis :
 
 
– Stéphanie étudie la mythologie grecque. Elle trouve à tous ceux qui l’entourent un équivalent en personnage grec. Ce qui, au début, peut paraître amusant finit par être lourd. Le fait de comparer chaque personne à un dieu ou une personne importante de la mythologie grecque n’apporte rien à l’histoire. Cela apporte une lourdeur à l’écriture et à l’histoire.

 
 
– Stéphanie, qui se voit comme une Pénélope, est agaçante. Elle ne fait que se morfondre sur son sort et ne fait rien pour que cela change car elle se doit d’agir comme Pénélope. À plusieurs reprises, j’avais envie de la secouer pour qu’elle se réveille un peu et réagisse. Elle n’est pas du tout représentative de la femme moderne qui est de plus en plus active et indépendante. L’héroïne préfère pleurer chez elle et attendre devant sa TV que son homme daigne bien revenir de ses voyages d’affaires…
 
 
– Elle a pour modèle sa mère qui, durant sa vie, a attendu le retour de son mari, son Ulysse  en se gavant de série à la télévision. Mais voilà que sa mère casse les codes et réagis pour ne pas rester passive de sa vie. On pourrait penser que Stéphanie en ferait de même, j’ai eu un petit espoir à ce moment-là ! Mais non, en fait, elle reste à ne rien faire, à en vouloir à sa mère d’avoir « OSER » ne plus être une Pénélope. À aucun moment, elle ne se remettra en question. Jusqu’à la fin du livre, l’auteur nous laisse penser que Stéphanie restera toujours une Pénélope à attendre son Ulysse bien sagement à la maison.
 
 
– Le style de l’auteur est fluide, la lecture est rapide mais l’histoire n’est pas intéressante et l’héroïne est vraiment agaçante. Moi qui aime beaucoup le genre chick lit, j’ai été extrêmement déçue et je maintiens que tout le monde ne peut pas écrire dans ce genre.
 
 
 
 
Note : 7/20
 
 
Publicités

2 réflexions sur “Toutes des Pénélopes

  1. Aaah mince ! Le titre était pourtant sympa, dommage que l’histoire ne suive pas…
    Au fait, j’aime beaucoup l’esthétique de ton blog. C’est vraiment très joli !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s