The Pink Tea Time Club

couv13498122

The Pink Tea Time Club de Cécile Guillot

(Editions du Chat Noir – 120 pages)

 

Synopsis :

« Lottie est une jeune Londonienne bien sous tous rapports, même si elle préfère s’informer des dernières modes plutôt que d’apprendre les convenances d’une future femme à marier.
Cependant, lorsque des engeances monstrueuses sorties tout droit d’une dimension parallèle s’attaquent à elle au cours d’une promenade, la lady saute sur l’occasion de chambouler son quotidien.
Mise au parfum par Mr Rabbit, un jeune horloger garant de la fermeture de ces portails, Lottie décide de partir à l’aventure. Dans son empressement passionné, elle embrigade sa sœur et sa meilleure amie avec lesquelles elle forme désormais le Pink Tea Time Club. Un groupe de lecture, en apparences, où l’on parle monstres, créatures fantastiques, royaumes féériques et autres mondes. Pour la soif de découverte, pour sauver Londres mais surtout, pour passer le temps.
En toute bienséance, cela va de soi… »

Mon avis : 

Cécile Guillot a de nouveau réussi à me transporter dans son univers. Ce livre est à la fois girly avec une pointe de fantastique et de fantasy.

Lottie et la petite bande du Pink Tea Time Club vont nous entraîner dans leur aventure afin de sauver le monde de la menace d’un mage noir. Il vont se rendre en Terres Oniriques, sur l’Ile de Pan dans un premier temps.

Dans ce livre, l’auteur fait référence à divers personnages ou oeuvres que nous connaissons tels que Oscar Wilde, Dorian Gray, Jack L’éventreur. Elle se sert de ce que l’on connaît pour l’intégrer à des faits fantastiques. Par exemple, Mr Rabbit, l’horloger nous fait penser au lapin blanc d’Alice et il va combattre Jack l’éventreur qui serait en fait un mage noir.

Lottie accompagné de sa soeur, son amie et Mr Rabbit vont se rendre dans les Hautes-Terres qui est le repères de toutes les affreuses créatures pour combattre le mage noir et empêcher la fin de notre civilisation.

La magie, l’imagination ont une grande place dans ce livre. Une phrase m’a particulièrement marqué dans ce roman : « Avec le progrès de la science et la révolution industrielle, vos croyances ont périclité, le merveilleux n’est plus qu’une affaire d’enfants ou de femme, des fadaises qu’on réserve aux simples d’esprit ». C’est malheureusement bien vrai. A notre époque, parler de magie ou de fantasy lorsque l’on est adulte n’est pas évident. Essayer avec vos collégues ou avec votre famille, ils vont simplement vous prendre pour une grande enfant, un peu comme Peter Pan qui ne veut pas grandir.  A une époque, on croyait au fées, aux sorcières et autres créatures de fantasy puis le monde a évolué et toutes ses croyances ont disparu. Je trouve qu’il est important de conserver une part de magie même lorsque l’on est adulte.

Un petit mot sur la couverture du livre qui a été réalisé par Anna Marine. Elle est tout simplement sublime. Lottie y est parfaitement représentée avec Rosie, le petit poulpe rose dessus :). Cette illustratrice a également fait les couvertures de la trilogie Fille d’Hécate de Cécile Guillot. Ce sera ma prochaine lecture concernant cet auteur.

Je vous conseille ce roman qui permet à notre esprit de vagabonder au fil de l’histoire racontée par Cécile Guillot et de laisser libre cours à notre imagination. C’est un livre très frais, girly et fantasy. Les romans de Cécile Guillot sont décidément un vrai bonheur pour moi.

 

Note : 16/20

 

Mon avis sur Les Tribulations d’une gothique amoureuse de Cécile Guillot

Mon avis sur avis sur Tragic Circus de Cécile Guillot et Mathieu Guibé

 

 

 

Chronique de Zombieland, T2 : Alice et le miroir de maléfices

couv27867275

Chronique de Zombieland, T2 : Alice et le miroir des maléfices de Gena Showalter

(Mosaïc – 440 pages)

Synopsis : 

« Quel mal ronge donc Alice ? Depuis quelque temps, elle entend deux cœurs battre à l’intérieur d’elle, comme si une autre Alice se développait en elle. Pourtant, aucun de ses amis ne semble voir le changement. Ni entendre la voix qui chuchote à ses oreilles quand elle croise son reflet dans le miroir. Mais, un soir, le doute n’est plus permis : horrifiée, Alice ne se reconnaît plus dans la glace: un double maléfique vient de naître, doué d’une vie propre et prêt à faire voler le miroir en éclats pour prendre le contrôle… »

Mon avis :

J’ai eu du mal à mettre en place mes idées pour vous donner mon avis. J’ai beaucoup apprécié ma lecture mais il y a aussi des choses qui m’ont déplu voire agacé.

Commençons par le négatif. Très sincèrement, j’en ai marre de l’histoire entre Alice et Cole. C’est du « je t’aime, je te quitte mais je t’aime » alors on se quitte et on se remet ensemble tous au long du livre. C’est clairement lourd, ça dure pendant des kilomètres de pages. J’avais vraiment envie de sauter les pages pour passer à autre chose.

Et le pire, c’est que, se rajoute à leur amour compliqué, un autre gars Gavin avec qui Alice risque de fricoter d’après les visions qu’elle a eues avec Gavin :  » ouhhhh la vilaine ». Déjà avec Cole c’est compliqué, alors te complique pas la tâche ma grande !

Hormis, leur histoire d’amour agaçante, l’histoire avec les zombies continue à monter en puissance. Ils sont davantage présents dans ce deuxième tome et c’est un plaisir pour moi. Les Anti-rads aussi sont de retour pour le plus grand malheur de notre bande de jeunes.

L’histoire se complique pour Alice qui voit naître en elle un double maléfique. Et oui, elle développe en elle un côté zombie malgré le fait qu’elle soit humaine. Etrange ?!? mais je vous laisse le découvrir par vous-même.

La partie que j’ai le plus appréciée dans ce deuxième tome, c’est lorsqu’Alice, Reeve et Kat sont dans le repaire des Anti-rads. Je me suis un peu réconcilié avec Alice qui a montré un côté de sa personnalité que j’ai apprécié : son sens du sacrifice pour ses amies.

Ce tome reste un bon tome malgré la présence trop marquée, pour moi, de la romance Alice/Cole. Et je vais, donc, lire le tome 3 prochainement.

Note : 16/20

– Mon avis sur Chronique de zombieland, T1 : Alice au pays des zombies

Tragic Circus

couv54024110

Tragic Circus de Cécile Guillot et Mathieu Guibé

(Editions du Chat Noir – 216 pages)

Synopsis : 

« Mesdames et Messieurs ! Jouvenceaux et jouvencelles ! Petits et grands ! Approchez, approchez ! Venez assister à un spectacle unique en son genre. Notre cirque vous ouvre ses portes et dévoile ses mystères. » À chaque prestation, les monstres de foire enchantent les spectateurs : l’enfant funambule, le dompteur de fauves et la charmeuse de serpents, clowns et jongleurs, sans oublier l’effroyable homme sans visage… Mais que se passe-t-il au cirque Andreani une fois le rideau retombé ? Quels sombres tourments agitent les âmes et enflamment les cœurs ? À moins qu’il n’y ait à l’œuvre une magie pernicieuse… Cela, Cătălina, la nouvelle diseuse de bonne aventure, va tenter de le découvrir, mais même les Tarots ne sauraient la prémunir contre l’indéfectible fatalité…

Mon avis : 

Avant de parler du livre, je vais vous parler de la couverture réalisée par Mina M. Elle est magnifique, la fille présente sur la couverture correspond à merveille à l’image qui je me suis faite de Cătălina. Le choix des couleurs représentent bien l’ambiance sombre du livre.

J’ai déjà lu un livre de Cécile Guillot (Les tribulations d’une gothique amoureuse) et j’avais adoré son style d’écriture. J’ai les deux premiers tomes de sa trilogie Fille d’Hécate que j’ai hâte de lire. Par contre, je n’ai pas encore eu l’occasion de découvrir la plume de Mathieu Guibé.

J’ai adoré cette lecture même si à certains moments je me suis senti assez mal à l’aise. En effet, il se passe des choses qui laissent à désirer dans le cirque Andreani. La place de la femme-enfant dans le cirque est insupportable à mes yeux.

Les deux auteurs ont su nous transporter dans deux univers différents qui vont finir par se rejoindre. D’un côté, nous suivons Cătălina qui va prendre place dans la troupe d’Andreani. Elle va découvrir l’envers du décor et les événements malsains qui s’y produisent. De l’autre côté, nous suivons Pierre et Hortense et la naissance de leur idylle. Leur amour et leur passion pour la musique apportent de la lumière et du bonheur dans ce livre et contraste avec la noirceur du cirque.

Le dosage en noirceur et l’espoir, l’amour est bien dosé dans ce roman. Dans ce livre, nous pouvons trouver la mise en parallèle de l’échec et de la réussite. Le personnel travaillant au cirque ont tous vécu un échec dans leur vie alors que Pierre et Hortense volent vers la gloire et la réussite dans leur domaine.

Chaque chapitre nous maintient en haleine et nous avons hâte de connaitre l’histoire de chacun. J’aurais aimé qu’il soit un peu plus long que l’on puisse connaître davantage chaque personne du cirque.

Je ne vais pas en dire davantage pour ne pas vous dévoiler la totalité de ce livre mais je peux vous dire que c’est une petite merveille. Nous sommes plongés dans l’obscurité de ce cirque mêlé à la poésie, l’amour et la musicalité de l’univers de Pierre et Hortense.

Je vous recommande grandement ce livre. Je vais me plonger dans les romans de Mathieu Guibé que je n’avais jamais lus jusqu’à présent et poursuivre la lecture des oeuvres de Cécile Guillot ( que j’ai plaisir à rencontrer depuis 3 ans au Salon du Livre de Paris 🙂 )

Note : 18/20

Chroniques de zombieland, T1 : Alice au pays des zombies

couv65305353.jpg

Chroniques de Zombieland, T1 : Alice au pays des Zombie de Gena Showalter

( Harlequin/Darkiss – 521 pages)

Synopsis : 

« Moi, Alice, j’ai cessé de me croire au pays des merveilles le jour où je les ai vus. Eux, les monstres. Ils existent. Ils ont pris ma petite sœur. Ils ont dévoré mes parents. Bientôt, ils seront partout et ils dévoreront vos familles, vos copains, notre monde… Vous voulez ça ? Non, moi non plus. Alors, je vais rejoindre Cole et sa bande, et avec eux, je vais me battre jusqu’à la mort s’il le faut. Contre les monstres … les Zombies. »

Mon avis :

J’ai attendu que la saga soit finie pour acheter les 3 tomes suivants et me jeter sur le 1er tome. Je m’attendais à me retrouver au pays des merveilles dévasté par les zombies ( un peu comme le jeu vidéo Alice au pays de la folie qui est infecté par le Mal), mais au final l’histoire se passe dans notre monde.  Ce fut une première petite déception.

Les titres utilisés par l’auteur nous rappelle l’univers d’Alice au pays de merveille mais cela s’arrête là : L’héroïne s’appelle Alice et elle voit des nuages en forme de lapin.

L’histoire a mis pas mal de temps à démarrer. La véritable action débute après les 200 premières pages. Au début, il y a beaucoup de blabla qui n’apporte pas grande chose et le livre est rempli de stéréotypes. Par exemple, Kat est clairement la nana que l’on voit dans toute les séries américaines : elle fait son intéressante, elle n’a pas grand chose dans la tête et elle est carrément insupportable.

L’histoire entre Cole et Alice est aussi caricaturale. Alice arrive le premier jour au lycée et ohhhhh c’est le coup de foudre instantanée et elle craque sur le bad boy du lycée. Et hop comme par magie un deuxième garçon s’intéresse à elle : la fille irrésistible quoi ! Cole est, pour moi, un personnage bien plus intrigant qu’Alice.

Passé la lenteur du début et les clichés des écoles américaines, l’histoire est très intéressante. Et, au cours de ce premier tome, nous avons déjà pas mal de réponses à nos questions.

Les zombies sont moins présents que ceux à quoi je m’attendais mais cela n’a pas gêné pour un premier tome. L’auteur pose les bases mais j’espère que pour les tomes suivants nous nous focaliserons moins sur l’histoire entre Cole et Alice et davantage sur leur combat contre les zombies.

L’écriture de Gena Showalter est agréable et légère. J’ai hâte de lire la suite pour savoir quels sont les nouveaux problèmes que vont s’attirer l’équipe de Cole. J’espère que l’auteur aura écrit beaucoup plus de scène d’action.

Ce roman est un bon premier tome qui installe les bonnes bases pour la suite de la saga.

 

Note : 16/20 

La sirène

couv41515898

La Sirène de Kiera Cass

(Robert Laffont – 342 pages)

Synopsis :

« Kahlen est une Sirène, vouée à servir son maître l’Océan en poussant les humains à la noyade. Pour cela, elle possède une voix fatale à qui a le malheur de l’entendre. Akinli, lui, est un beau et gentil jeune homme, qui incarne tout ce dont Kahlen a toujours rêvé. Tomber amoureux a beau leur faire courir un grave danger à tous les deux, Kahlen ne parvient pas à garder ses distances. Est-elle prête à tout risquer pour écouter son cœur ? »

Mon avis : 

Ayant eu un énorme coup de coeur pour la saga La séléction de Kiera Cass, il était tout naturel que je lise ce roman.

C’est en fait le premier roman qu’elle a écrit. Je crois que je suis folle amoureuse de la plume de cet auteur puisque c’est un nouveau coup de coeur pour moi.

En lisant le résumé, cela me faisait très clairement penser à La petite sirène de Disney : une jeune sirène qui tombe amoureuse d’un humain mais qui ne peut pas parler parce qu’elle se trouve sur Terre. Mais en fait, nous sommes dans une histoire beaucoup plus complexe. Le mythe des sirènes est très bien revisité et exploité par Kiera Cass. Il y a peu de livres sur le sujet et c’est, donc, un plaisir d’avoir pu lire cette histoire.

J’y ai ressenti beaucoup d’émotion. Elle évoque dans tout son roman l’Amour que ce soit l’amour passionnel ou l’amour que l’on ressent pour ses amis ou sa famille.

J’ai souffert avec Kahlen du début où elle devient sirène jusqu’à la fin du livre. Ses soeurs et elle vivent un enfer à servir l’Océan. Pour échapper à la mort, elles doivent d’énormes sacrifices et prendre sur elles leur malheur pour ne pas que l’Océan ne le devine.

L’histoire d’amour naissante entre Kahlen et Akinli est bouleversante. Nous avons envie de croire, dès les premières pages, que leur histoire peut fonctionner même si elle est semée d’embuches.

Kiera Cass a su me toucher comme avec la saga La Sélection. Son univers m’a transporté, mon coeur était toujours près de Kahlen. La fin m’a surpris, j’avais dans la tête une autre fin mais celle de l’auteur m’a énormément plu.

Je recommande vivement ce livre à tous les fans de La Sélection et à tous ceux qui veulent découvrir la plume captivante de Kiera Cass.

Note : 20/20 ❤ ❤ ❤