Fablehaven, tome 3 : Le fléau de l’Ombre

couv46377101

Fablehaven, tome 3 : Le fléau de l’Ombre de Brandon Mull

(PKJ – 512 pages)

 

Synopsis : 

« Un nouveau péril menace le sanctuaire secret de Fablehaven, le refuge des créatures fantastiques dont les grands-parents de Kendra et Seth sont les gardiens. Un terrible fléau se répand à travers le domaine, transformant les habitants en êtres maléfiques.
Mais qui est à l’origine de ce mal ?
Et qui pourrait sauver la réserve ?
Seth et Kendra doivent agir vite avant que le Fléau de l’Ombre n’ait définitivement plongé le sanctuaire dans le chaos. Mais des traîtres au service de la Société de l’Etoile du Soir sont parmi eux… »

Mon avis :

Je me suis plongée dans ce troisième tome avec grand plaisir, gardant un très bon souvenir du tome précédent.

Dans ce livre, nous allons suivre Kendra qui part à la rencontre des Chevaliers de l’Aube. Elle va ensuite partir à la recherche du 2ème artéfact à la Mesa. De son côté, Seth est resté à Fablehaven et il va tenter de percer le nouveau fléau qui plane sur la réserve.

Il y a une multitude d’action et de nombreuses batailles dans ce tome. Nos jeunes héros, accompagnés de leurs grands-parents et de leurs amis n’ont pas le temps de s’ennuyer et nous non plus.

La grande question dans ce tome et qui s’est posée dès la fin du tome 2 c’est la confiance qui peut être accordés au Sphinx. Il est censé être le grand protecteur des réserves mais de nombreux éléments font penser à nos héros qu’il pourrait être un traitre qui veut simplement réveiller le plus grand démon et donc mettre la main sur tous les artéfacts. Alors le Sphinx, ami ou ennemi ?

Le fléau qui tombe sur Fablehaven fait perdre aux animaux fantastiques leur lumière. Ils deviennent donc des êtres de l’Ombre. Ce tome nous conduit vers le côté sombre de la réserve entrainant la mort de certaines personnes ou animaux.

Kendra et Seth vont comprendre que pour sauver Fablehavent et plus largement toutes les réserves, il y a des sacrifices à faire même si cela est douloureux.

De nouveaux personnages font leur apparition dont Gavin qui est un personnage qui m’intrigue et j’aimerais en apprendre davantage sur lui dans le prochain tome.

L’histoire gagne en intensité à chaque nouveau roman. Ce tome 3 est un coup de coeur pour moi. Je vous conseille vivement de lire cette saga.

 

Note : 19/20

 

Mon avis sur Fablehavan, tome 1 : Le sanctuaire secret de Brandon Mull

Mon avis sur Fablehaven, tome 2 : La menace de l’étoile du soir de Bradon Mull

L’histoire de la Bête

couv60135197

L’histoire de la bête de Serena Valentino

( Hachette – 192 pages)

 

Synopsis :

« C’est une histoire vieille comme le monde : celle d’un prince cruel transformé en Bête. Et celle d’une belle jeune fille qui surgit dans sa vie. Le monstre est métamorphosé par la compassion de la jeune fille et l’amour qu’il ressent pour elle. Puis ils se marient et ont beaucoup d’enfants.

Mais comme pour chaque histoire, il y a plusieurs versions. Qu’importe ce que l’on a pu dire ou écrire, une seule question demeure : qu’est-ce qui a changé le prince en la Bête que l’on connaît ?

Voici l’une de ces histoires. Une histoire de bêtes, et, bien sûr, de belles. »

Mon avis :

Serena Valentino s’est lancé dans une série de livres sur les méchants de Disney. Elle revient sur leur vie avant les dessins animés que l’on connait. J’avais eu un coup de coeur pour le premier qu’elle avait écrit sur la Méchante Reine de Blanche-Neige.

Ce roman sur la bête débute sur l’arrivée de Belle au château et son refus de venir dîner avec la Bête puisque c’est « un monstre ». Ce mot ravive les souvenirs de la Bête et nous voilà plongé dans le passé de ce prince avant la malédiction.

Le prince est un personnage détestable qui mérite clairement sa malédiction. Il est odieux, superficiel et sans grand intérêt. Contrairement à La méchante Reine pour qui j’avais eu de la compassion et mieux compris son comportement avec Blanche-Neige, je n’ai rien ressenti de telle pour le prince. Rien n’excuse son comportement.

Il base sa vie sur l’apparence et la superficialité. Il veut une belle femme, qui ne parle pas, ne donne pas son avis et surtout qui vient d’une famille riche.

Il était amoureux de Circé mais il a fini pas découvert qu’elle n’était pas issue d’une riche famille. Son comportement face à elle est tout simplement ignoble, il ressent du dégout pour la femme qui aimait encore 5 minutes avant. Elle se venge et lui lance la malédiction que nous connaissons.

Le roman se poursuit sur l’installation de la malédiction. Les derniers chapitres se passent de nouveau dans le présent avec l’arrivée de Gaston au château de la Bête et nous redécouvrons la fin que nous connaissons.

Le fil conducteur des deux premiers livres de Serena Valentino sur les Méchants est la présence des 3 soeurs sorcières que nous avions déjà rencontré dans le livre sur la Méchante Reine. Elles sont responsables de ce qui arrivent aux méchants de l’univers Disney. Elle joue un rôle dans la malédiction de la Bête.

Ce livre sur la Bête est intéressant et nous permet de découvrir le vrai côté du Prince avant sa rencontre avec Belle. Le style de Serena Valentino est toujours aussi agréable à lire et le roman se lit très rapidement. C’est quasiment un coup de coeur mais je ne mettrais pas la note maximale à cause du Prince qui est le personnage le plus détestable au monde !

 

Note : 19/20

 

Mon avis sur Miroir, Miroir de Serena Valentino

Chronique de Zombieland, T2 : Alice et le miroir de maléfices

couv27867275

Chronique de Zombieland, T2 : Alice et le miroir des maléfices de Gena Showalter

(Mosaïc – 440 pages)

Synopsis : 

« Quel mal ronge donc Alice ? Depuis quelque temps, elle entend deux cœurs battre à l’intérieur d’elle, comme si une autre Alice se développait en elle. Pourtant, aucun de ses amis ne semble voir le changement. Ni entendre la voix qui chuchote à ses oreilles quand elle croise son reflet dans le miroir. Mais, un soir, le doute n’est plus permis : horrifiée, Alice ne se reconnaît plus dans la glace: un double maléfique vient de naître, doué d’une vie propre et prêt à faire voler le miroir en éclats pour prendre le contrôle… »

Mon avis :

J’ai eu du mal à mettre en place mes idées pour vous donner mon avis. J’ai beaucoup apprécié ma lecture mais il y a aussi des choses qui m’ont déplu voire agacé.

Commençons par le négatif. Très sincèrement, j’en ai marre de l’histoire entre Alice et Cole. C’est du « je t’aime, je te quitte mais je t’aime » alors on se quitte et on se remet ensemble tous au long du livre. C’est clairement lourd, ça dure pendant des kilomètres de pages. J’avais vraiment envie de sauter les pages pour passer à autre chose.

Et le pire, c’est que, se rajoute à leur amour compliqué, un autre gars Gavin avec qui Alice risque de fricoter d’après les visions qu’elle a eues avec Gavin :  » ouhhhh la vilaine ». Déjà avec Cole c’est compliqué, alors te complique pas la tâche ma grande !

Hormis, leur histoire d’amour agaçante, l’histoire avec les zombies continue à monter en puissance. Ils sont davantage présents dans ce deuxième tome et c’est un plaisir pour moi. Les Anti-rads aussi sont de retour pour le plus grand malheur de notre bande de jeunes.

L’histoire se complique pour Alice qui voit naître en elle un double maléfique. Et oui, elle développe en elle un côté zombie malgré le fait qu’elle soit humaine. Etrange ?!? mais je vous laisse le découvrir par vous-même.

La partie que j’ai le plus appréciée dans ce deuxième tome, c’est lorsqu’Alice, Reeve et Kat sont dans le repaire des Anti-rads. Je me suis un peu réconcilié avec Alice qui a montré un côté de sa personnalité que j’ai apprécié : son sens du sacrifice pour ses amies.

Ce tome reste un bon tome malgré la présence trop marquée, pour moi, de la romance Alice/Cole. Et je vais, donc, lire le tome 3 prochainement.

Note : 16/20

– Mon avis sur Chronique de zombieland, T1 : Alice au pays des zombies

U4 : Jules

couv72556772.jpg

U4 : Jules de Carole Trébor

( Editions Syros/ Nathan – 382 pages)

Synopsis :

« Cela fait 10 jours que le virus U4 accomplit ses ravages. Plus de 90% de la population mondiale est décimée. les seuls survivants sont des adolescents. L’électricité et l’eau potable commencent à manquer, tous les réseaux de communication s’éteignent. Dans ce monde dévasté, Koridwen, Yannis, Jules et Stéphane se rendent, sans se connaître, à un même rendez-vous. Parviendront-ils à survivre, et pourront-ils changer le cours des choses ?

Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n’a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l’épidémie a commencé de se propager. Le spectacle qu’il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu’il ne pourra pas tenir longtemps en autarcie. Pour affronter l’extérieur, Jules redevient le guerrier impavide qu’il était dans le jeu. Il va alors retrouver son frère aîné, qui se drogue et dont il ne peut rien attendre, puis secourir une petite fille qui a mystérieusement échappé au virus et qu’il décide de prendre sous son aile. Son seul espoir : le rendez-vous fixé par Warriors of Times. »

Mon avis :

Cette série me tentait depuis sa sortie et j’ai enfin pu l’emprunter à la médiathèque. J’ai commencé par l’histoire de Jules.

Je n’ai pas vraiment accroché à son personnage. Il ne m’a pas du tout touché, bien au contraire, il m’a énervé. Il a un petit côté victime, je me plains, je suis toujours rejeté des plans tactiques… Heureusement d’autres personnes gravitent autour de lui.

J’ai beaucoup aimé Jérôme, son ami, qui joue le rôle du chef de la bande et qui met tout en oeuvre pour que ses amis restent en vie. Un autre personnage qui m’a intéressé, il s’agit de Koridwen. Je vais d’ailleurs lire après, le livre la concernant car j’aimerais en savoir davantage sur elle et son cousin.

L’écriture est fluide et très facile à lire. L’auteur ne lésine pas sur l’action et cela permet de ne pas s’ennuyer tout au long de roman.

J’ai facilement réussi à me projeter auprès de cette bande d’ados puisque l’action se situe à Paris. J’y ai vécu pendant près de 5 ans, cela m’a aidé pour imaginer les rues et les quartiers évoqués.

Dans ce livre, nous apprenons pourquoi les ados entre 15 et 18 ans ont survécu mais nous ne savons pas pourquoi le virus a débuté, ni comment cela se terminera. J’espère avoir davantage d’informations sur le virus dans les 3 autres livres de la série U4.

Ce tome évoque plutôt la survie après l’arrivée du virus et comment les jeunes s’organisent pour ne pas dépendre de l’armée et des autres gangs.

J’ai apprécie cette lecture dans sa globalité. J’ai hâte de lire l’histoire de Koridwen, elle m’intrigue vraiment.

Note : 16/20

Chroniques de zombieland, T1 : Alice au pays des zombies

couv65305353.jpg

Chroniques de Zombieland, T1 : Alice au pays des Zombie de Gena Showalter

( Harlequin/Darkiss – 521 pages)

Synopsis : 

« Moi, Alice, j’ai cessé de me croire au pays des merveilles le jour où je les ai vus. Eux, les monstres. Ils existent. Ils ont pris ma petite sœur. Ils ont dévoré mes parents. Bientôt, ils seront partout et ils dévoreront vos familles, vos copains, notre monde… Vous voulez ça ? Non, moi non plus. Alors, je vais rejoindre Cole et sa bande, et avec eux, je vais me battre jusqu’à la mort s’il le faut. Contre les monstres … les Zombies. »

Mon avis :

J’ai attendu que la saga soit finie pour acheter les 3 tomes suivants et me jeter sur le 1er tome. Je m’attendais à me retrouver au pays des merveilles dévasté par les zombies ( un peu comme le jeu vidéo Alice au pays de la folie qui est infecté par le Mal), mais au final l’histoire se passe dans notre monde.  Ce fut une première petite déception.

Les titres utilisés par l’auteur nous rappelle l’univers d’Alice au pays de merveille mais cela s’arrête là : L’héroïne s’appelle Alice et elle voit des nuages en forme de lapin.

L’histoire a mis pas mal de temps à démarrer. La véritable action débute après les 200 premières pages. Au début, il y a beaucoup de blabla qui n’apporte pas grande chose et le livre est rempli de stéréotypes. Par exemple, Kat est clairement la nana que l’on voit dans toute les séries américaines : elle fait son intéressante, elle n’a pas grand chose dans la tête et elle est carrément insupportable.

L’histoire entre Cole et Alice est aussi caricaturale. Alice arrive le premier jour au lycée et ohhhhh c’est le coup de foudre instantanée et elle craque sur le bad boy du lycée. Et hop comme par magie un deuxième garçon s’intéresse à elle : la fille irrésistible quoi ! Cole est, pour moi, un personnage bien plus intrigant qu’Alice.

Passé la lenteur du début et les clichés des écoles américaines, l’histoire est très intéressante. Et, au cours de ce premier tome, nous avons déjà pas mal de réponses à nos questions.

Les zombies sont moins présents que ceux à quoi je m’attendais mais cela n’a pas gêné pour un premier tome. L’auteur pose les bases mais j’espère que pour les tomes suivants nous nous focaliserons moins sur l’histoire entre Cole et Alice et davantage sur leur combat contre les zombies.

L’écriture de Gena Showalter est agréable et légère. J’ai hâte de lire la suite pour savoir quels sont les nouveaux problèmes que vont s’attirer l’équipe de Cole. J’espère que l’auteur aura écrit beaucoup plus de scène d’action.

Ce roman est un bon premier tome qui installe les bonnes bases pour la suite de la saga.

 

Note : 16/20