Ronces Blanches et Roses Rouges

couv7863027

Ronces Blanches et Roses Rouges de Laetitia Arnould

( Editions Magic Mirror – 244 pages)

 

Synopsis :

« Orphelines d’un passé dont elles n’ont aucun souvenir, Sirona et sa jeune sœur Eloane sont aussi différentes qu’inséparables.
Quand leur tutrice, Iphigénie Whitecombe, fiance l’aînée à un inconnu, leur avenir sombre dans l’incertitude… Pour échapper au mariage qui l’effraie et à la colère dévastatrice de Mme Whitecombe, Sirona prend la fuite.
Au cœur d’une fôret obscure et de sa propre tourmente, elle se fait toutefois une promesse : celle de revenir chercher sa sœur.

Quitte à affronter l’ours qui rôde dans son sillage.
Quitte à suivre les ronces blanches et les roses rouges.
Quitte à croire en la magie.

Mais c’est sans compter sur l’énigmatique pianiste qui compse une toile de mélodies enivrantes, dans son château où la nuit est synonyme de toujours…
La musique, le désir de vengeance, l’amour véritable comme l’attirance malsaine tissent les fils rouges et blancs qui se croisent et se nouent jusqu’à la fin de ce récit enchanteur, inspiré par le conte des frères Grimm : Blanche-Neige et Rose-Rouge. »

Mon avis :

Cela fait quelque temps que je suis tentée par les livres de cette maison d’édition qui publie des réécritures de contes. Je me suis donc lancée avec le livre Ronces Blanches et Roses Rouges.

Tout d’abord, ce que j’ai apprécié c’est de pouvoir lire une partie du conte des frères Grimm à la fin du roman Blanche Neige et Rose Rouge. Je ne connaissais pas l’histoire et donc cela m’a permis de la découvrir et de comparer avec la réécriture proposée par Leatitia Arnould.

Concernant sa réécriture, l’auteure reprend les personnages et suit les grandes lignes de l’histoire. Elle étoffe ce conte avec l’histoire qu’elle souhaite raconter au lecteur avec l’illusionniste et le pianiste. Elle ajoute un peu de magie à tout cela et veut emmener les lecteurs dans cet univers.

Malheureusement, je n’ai pas été totalement charmé par ce livre. Même si l’écriture de l’auteure est agréable, j’y ai trouvé beaucoup trop de longueurs : beaucoup de descriptions lorsque les personnages vont d’un lieu à un autre par exemple. Cela m’a freiné dans ma lecture. De plus, pour moi, l’histoire met vraiment beaucoup de temps à s’installer et au final toutes les révélations et l’intrigue arrivent un peu tard.

Concernant les personnages, ils ne m’ont pas vraiment marqué. Les deux jeunes filles sont très naïves, aussi bien l’une que l’autre. J’ai pu ressentir un peu d’empathie envers le pianiste vers la fin du roman lorsqu’il montre son vrai visage. Quant à l’ours, c’est, pour moi, l’être qui a le plus de sensibilité dans cette histoire.

Au final, le conte fut donc une bonne découverte même si la revisite proposée par Laetitia Arnould ne m’a pas vraiment transporté.

Je pense que ma prochaine lecture de cette maison d’édition sera La Bête du Bois perdu qui est basé sur l’histoire La Belle et la Bête de Mme de Villeneuve (conte original que j’ai déjà lu).

Petit Papa Errant

couv10058885

Petit Papa Errant de Denis Labbé

( Editions du Chat Noir – Ebook – 19 pages )

 

Synopsis:

« Lors du premier Noël après la Grande Mort et l’invasion des errants, un survivant et une petite fille tentent de retrouver la magie de cette fête, au milieu des créatures qui rôdent dans le froid hiver vosgien.

Une nouvelle offerte qui se passe dans l’univers des Errants, une saga où des lycéens affrontent des hordes de zombies dans les forêts de l’Est de la France, à découvrir aux Editions du Chat Noir. »

Mon avis : 

J’avais beaucoup aimé la saga Les errants et j’étais déçu de ne pas avoir pu lire cette nouvelle qui se trouve en Ebook puisque jusqu’à présent je ne lisais pas de Ebook ( peur d’avoir encore plus de migraine 😦 ). Et puis, le patron du n’amoureux donnait sa liseuse alors voilà je me suis décidée à tester cela en commençant par une petite nouvelle d’une quinzaine de page et gratuite. Je vais maintenant tenter une lecture plus longue pour voir si mes yeux et ma tête vont le supporter ^^

Pour en revenir à cette petite nouvelle, je dois dire qu’elle est vraiment petite… Et c’est bien cela le problème. Quand on connait le potentiel de l’auteur dans la saga Les Errants, j’ai eu une déception en découvrant cette histoire : Un petit goût de « pas assez », trop court et survolé.

En effet, j’étais surprise de ne pas retrouver nos ados mais plutôt un nouveau personnage adulte. L’auteur a su en quelques pages nous faire ressentir le sentiment que partage cet adulte pour une petite fille qu’il a prise sous son aile. Le problème c’est que le mot FIN apparaît et qu’on en veut encore. J’ai vraiment eu l’impression que c’était comme une bande-annonce qui te donne très envie et que tu vas pouvoir découvrir le film sauf qu’en fait il n’y a pas film…

Au final, même si j’ai apprécié la lecture de cette quinzaine de pages, je reste vraiment trop sur ma faim et je trouve que cela n’apporte vraiment rien à la saga des Errants.

Mon avis sur la saga Les Errants :

Les errants, T1 : Origines

Les errants, T2 : Evolution

Les errants, T3 : Dispersions

 

cli8-3-2

Challenge de l’imaginaire : 5/48

Waow, tome 3 : A mort les morts !

61x+qjv0eoL.jpg

Waow, tome 3 : A mort les Morts ! de Le Fab et Kitex

( Editions Physalis – 46 pages)

Synopsis :

« La quête épique continue! Après avoir triomphé des mafias aux Mortemines et orcs grisrocs dans leurs montagnes, notre improbable équipe continue sa route vers de nouveaux périls. Des morts surgissent de leurs tombes, des goules hantent les cimetières, de sombres nécromants rappellent les défunts à la vie et les loups-garous hurlent à la lune. A Noir Dûché, au cœur de la forêt sombre, la fédération doit affronter les légions de non-morts qui la harcèleny. Badorin, Darkill et Maleficia auront-ils assez de cran pour affronter toutes ces horreurs, résoudre leurs conflits de personnalité et faire face aux forges obscures qui les entourent? »

Mon avis :

Ce troisième prend une tournure différente des deux premiers : il ne s’agit plus de suivre simplement les aventures de Badorin et Darkill avec des références au jeu WOW.

En effet, nous apprenons que la quête de Badorin qui consiste à s’occuper de Darkill n’est pas une vraie quête. Et effet, Badorin a été choisi pour surveiller et protéger Darkill mais il ne le sait pas. Nous ne savons pas encore pourquoi mais il semblerait que le jeune garçon soit d’une grande importance. Ces questionnements sur qui est vraiment Darkill pimentent l’histoire et j’ai hâte d’avoir la réponse.

Ce tome fait part également de la volonté de nos héros de monter une guilde qui leur permettre de faire des missions plus dures et gagner de l’expérience.

J’ai eu beaucoup de plaisir à découvrir ce troisième tome. Et le 4ème tome a été engloutis aussitôt celui-là terminer. Je vous posterais bientôt mon avis.

 

Mon avis sur les autres tome de la saga : 

Waow, tome 1 : Les crèvemines

Waow, tome 2 : La menace Grirocs

 

cli8-3-2

Challenge de l’imaginaire : 4/48

N’écoute que moi

c_9782017088592-9782017088592_1

N’écoute que moi de Serena Valentino

(Hachette – 340 pages)

 

Synopsis :

« L’histoire de la Vieille sorcière. L’histoire de Raiponce est à l’image de ses cheveux : longue et tortueuse. Il était une fois une jeune fille innocente arrachée à ses parents, une jeune fille dotée de cheveux magiques, retenue prisonnière dans une tour par une vieille sorcière tyrannique qui se faisait passer pour une mère surprotectrice.

Pourtant, ce n’est que la moitié de l’histoire. Qu’en est-il de Gothel ? Comment est-elle devenue si amère et sans pitié pour Raiponce, qu’elle considère pourtant comme sa fille ? Cette histoire creuse dans le passé mystérieux de la sorcière pour mettre à jour les désirs enfouis au plus profond de son cœur.

Voici l’histoire d’une mère qui pensait savoir ce qu’il y a de meilleur pour son enfant. »

Mon avis :

Ce livre est le 5ème livre de la saga Villains de Serena Valentino. J’aime beaucoup sa plume et les revisites qu’elle fait des Méchants des contes.

Cette fois-ci, nous retrouvons donc Gothel, la « mère » de Raiponce. Je n’ai jamais lu le conte original (mais promis je vais le faire 😉 ) et je ne connais donc que la version proposée par Disney. D’ailleurs, c’est l’un de mes Disney préférés, je pleure à chaque fois pendant la scène des lanternes (oui bon on fait ce qu’on peut XD) et à la fin. Bref, j’avais hâte d’en savoir plus sur le passé de Gothel et ce qui l’a poussé à séquestrer Raiponce dans une tour.

Alors oui, elle a besoin d’elle pour maintenir sa jeunesse mais il faut quand même être totalement tarée pour enlever un bébé et le séquestrer pour son petit bonheur personnel.

Bref, à la lecture de son enfance et de sa vie avant Raiponce, je confirme qu’elle est bien timbrée ^^ Même si, dans la plus jeune partie de son enfance, elle peut montrer de l’empathie et de l’amour envers ses soeurs, nous percevons entre les lignes, déjà, son envie de pouvoir et surtout son égoïsme. Je ne peux pas en dire plus sur le pourquoi je la trouve folle sinon je risque de vous spoiler mais déjà lorsque l’on parle de nécromancie, cela donne un petit avant goût de sa personnalité.

Comme dans chaque roman, les 3 étranges soeurs sorcières apparaissent et ont un lien direct avec Gothel. Mais elles sont moins présentes que dans certains des autres romans. Cependant, le livre se termine par ce que leur fait Circé et il ne me reste plus qu’à enchaîner avec le livre les concernant Les étranges soeurs de la même auteure.

Serena Valentino a une nouvelle fois réussi à me captiver avec l’histoire qu’elle nous livre sur le passé de Gothel. Je ne peux que vous recommander cette saga.

Mon avis sur la saga Villains :

Miroir, Miroir

L’histoire de la Bête

Pauvre âme en perdition

Maîtresse de tous les maux

Sherlock Holmes : un scandale en Bohême

couv9913369

Sherlock Holmes, un scandale en Bohème de Arthur Conan Doyle

(Le Livre de Poche – 188 pages)

 

Synopsis :

« Une aventurière aussi dangereuse que séduisante… Un visiteur masqué, venu confier à Sherlock Holmes un secret susceptible de provoquer une tempête dans les chancelleries européennes…
Tout à son récent mariage, le Dr Watson avait depuis quelque temps négligé son prestigieux ami. Mais, avide de connaître l’issue de cette nouvelle affaire, il va reprendre sans tarder le chemin de Baker Street. Et nous verrons le détective s’acquitter de sa mission en un tournemain, non sans avoir trouvé un adversaire à sa mesure. Tout l’art de Conan Doyle est ici concentré à haute dose. »

Mon avis :

Je n’avais pas fait attention lorsque je l’avais trouvé chez le bouquiniste mais il s’agit en fait de plusieurs nouvelles d’Arthur Conan Doyle. Il y a 6 nouvelles qui font chacune une  trentaine de pages. Nous y retrouvons donc : Un scandale en Bohème, La ligue des Rouquins, Une affaire d’identité, Mystère du Val Boscombe, L’homme à la lèvre tordue et enfin L’escarboucle bleue.

Un peu déçue au départ puisque je m’attendais à lire une enquête plus longue, j’y ai tout de même trouvé beaucoup de plaisir à lire ces nouvelles. Celle que j’ai préféré est Mystère du Val Boscombe. J’ai aimé deviner qui était le tueur et la raison de cet acte.

Ce que j’ai regretté par rapport à la première lecture que j’avais faite d’Arthur Conan Doyle, c’est la rapidité à laquelle ont été résolues les enquêtes. Ce que j’avais aimé en découvrant Le chien de Baskerville, provenait des multiples analyses de Sherlock Holmes et sa façon d’arriver à trouver le coupable. Ici, les nouvelles sont courtes et de ce fait, l’auteur va droit au but et il y a donc beaucoup moins de détails et d’analyse.

Malgré cela, l’écriture de l’auteur reste toujours plaisante à lire et j’ai aimé découvrir ses nouvelles. Chacune apporte son lot de surprises même si pour certaines j’ai réussi à deviner ce qui allait se passer.